Galerie Bénédicte Giniaux

Galerie Bénédicte Giniaux - 3, place du Dr Cayla - 24100 BERGERAC - 06 80 31 09 56

Editos

Déjà cinq ans et j’éprouve à la fois une impression de courte durée et un sentiment d’avoir toujours été là, c’est étrange et joyeux.

Nombreux sont ceux qui ont été intrigués de voir s’ouvrir une galerie d’art à Bergerac. Etait-ce un pari ? une folie ? un rêve ? Non, il s’agissait tout simplement d’une suite, d’un enchainement, d’un prolongement et peut-être même d’un aboutissement. Jour après jour.

En m’engageant sur ce projet, je connaissais très bien les artistes que je représente, leur réputation et leur fidélité dans leur atelier. Travailler avec des artistes permanents est essentiel pour moi. Garder la galerie ouverte toute l’année est une évidence.

Je peux affirmer que les visiteurs, les amateurs et les collectionneurs me remercient encore tous les jours de cette présence dans le centre historique de cette si charmante ville.

Je n’avais aucun doute sur le fait que les habitants de Bergerac et de sa région soient autant réceptifs à ces artistes de grande qualité que les habitants des grandes agglomérations. Parfois, des visiteurs découvrant la galerie reconnaissent avec bonheur le travail de l’un ou l’autre, déjà dans une autre galerie, dans une autre ville, parfois dans un autre pays !

Je m’étais donné cinq ans pour observer la situation. Je suis très touchée de voir revenir des clients fidèles qui ont vraiment adopté la galerie.

Malgré la conjoncture, la galerie se porte toujours bien. Les visiteurs locaux viennent de tous les villages alentours, mais aussi d’Agen, Brive-la-Gaillarde, Périgueux, Bordeaux, Libourne, Villeneuve-sur-Lot… Après leur passage, ils recommandent souvent la galerie et de mon côté, j’augmente chaque année la communication et la publicité.

Une attachée de presse travaille maintenant avec moi pour chaque exposition.

L’aéroport de Bergerac permet aussi de belles visites. Les étrangers et les gens de passage savent que j’expédie des œuvres dans tous les pays, dans des boîtes de tous formats. Je fais également des livraisons moi-même en Belgique, Espagne, Suisse, à Paris, Lille, Marseille… Le travail est conséquent c’est vrai, mais passionnant.

Le rythme est régulier, les projets s’organisent à l’avance et il y a peu de relâche. Alors que dans l’Oise j’organisais environ six expositions particulières dans l’année et au moins une collective, j’ai assez vite trouvé un autre programme ici : la galerie reste en mouvement permanent autour de ses artistes, et je programme une exposition particulière en automne et une autre au printemps. Chaque été, j’organise une grande exposition hors les murs : un partenariat avec le magnifique domaine du Château des Vigiers s’est installé naturellement et sur du long terme. C’est très important le long terme… Un autre partenariat avec la ville de Sarlat, donne une visibilité complémentaire à la galerie, dans le petit Jardin de la Lanterne où je mets en place une exposition liée à celle du Château des Vigiers.

La fermeture annuelle de la galerie a lieu de mi-janvier à mi-mars, mais je travaille quand même pendant cette période…

Pour le printemps prochain, ce sera donc le cinquième anniversaire de la galerie, j’organise une exposition personnelle des sculptures suspendues de Christophe Loyer. Pour l’été prochain je prépare l’exposition « Sculptures au jardin 2016 » au Château des Vigiers et celle de Sarlat. J’accueillerai certainement dans l’année un nouveau sculpteur et peut-être un nouveau peintre.

Très amie depuis presque de trente ans avec Bartabas, j’ai proposé à Emmanuel Michel de découvrir cet univers et de partir en voyage au Pays de Zingaro. C’est en automne dernier qu’il a commencé ses premiers croquis. De ce long travail d’imprégnation auprès de tous les membres de la compagnie, de leur quotidien auprès des chevaux et dans le chapiteau, Emmanuel Michel éditera son prochain livre ! Que du bonheur !

 

B.G. janvier 2016

Edito 2010 >>
Edito 2011 >>
Edito 2012 >>
Edito 2013 >>
Edito 2014 >>
Edito 2015 >>
Edito 2016 >>